Page d'accueil Compagnie Clients Partenaires Rapports CallWeb ÉchantiCalc EPlanCalc English

Vous avez le droit à votre propre opinion, mais pas à vos propres faits.
(Daniel Patrick Moynihan)

LE 18 OCTOBRE 2004

Étude: La génération sandwich

(tiré du Quotidien de Statistique Canada, 28 septembre 2004)

On les appelle «la génération sandwich», ces personnes prises entre les contraintes souvent conflictuelles des soins à prodiguer aux enfants et aux personnes âgées. Et leur vie peut être particulièrement chargée et pleine de stress.

Près de 3 parents sur 10 âgés de 45 à 64 ans dont les enfants ont moins de 25 ans, ne sont pas mariés et vivent encore chez eux, soit quelque 712 000 personnes, s'occupent d'une personne âgée, d'après une nouvelle étude basée sur l'Enquête sociale générale de 2002.

Plus de huit personnes de la génération sandwich sur dix travaillent, ce qui oblige certaines à réduire ou à modifier leurs heures de travail ou encore à subir une perte de revenu.

En effet, s'occuper d'une personne âgée peut entraîner un changement des heures de travail, le refus d'une offre d'emploi ou une baisse de revenu. Ainsi, quelque 15 % des personnes de la génération sandwich ont dû réduire leurs heures de travail, 20 % ont dû modifier leur horaire et 10 % ont subi une perte de revenu.

En outre, quatre personnes de la génération sandwich sur dix ont engagé des dépenses supplémentaires telles que la location d'équipement médical ou l'achat d'un téléphone cellulaire.

Les femmes étaient plus susceptibles que les hommes de faire face à un surcroît de responsabilités. En effet, elles consacraient 29 heures par mois en moyenne à s'occuper d'une personne âgée, soit plus du double des 13 heures consacrées par leurs homologues masculins. Cet écart tiendrait en partie à la nature des soins prodigués. Par exemple, les hommes veillaient plus souvent au transport et à l'entretien extérieur de la maison, tandis que les femmes s'occupaient surtout des soins personnels (le bain, l'habillement et l'alimentation) et des tâches domestiques telles que la cuisine et le ménage.

La vaste majorité des personnes dispensant des soins aux aînés les prodiguaient à leurs parents ou à leurs beaux-parents. Environ 25 % des soins étaient destinés à des proches, des amis, des voisins ou à des collègues.

Les personnes qui consacrent plus de huit heures par mois à s'occuper des aînés sont plus susceptibles d'en ressentir les effets que celles qui y consacrent huit heures ou moins. Par exemple, la moitié des personnes dispensant plus de huit heures de soins par mois (soins «à forte intensité») ont dû modifier leurs activités sociales et plus du tiers ont dû changer leur horaire de travail.

La génération sandwich avait plus tendance à se sentir généralement stressée. Environ 70 % des personnes de cette génération disaient l'être, comparativement à près de 61 % de ceux qui n'avaient aucune responsabilité en matière de soins aux enfants et aux aînés.

Toutefois, la grande majorité (95 %) de la génération sandwich se disait satisfaite de la vie en général, soit pratiquement la même proportion que ceux ayant moins de responsabilités.

La génération sandwich risque de voir ses rangs grossir en raison du vieillissement de la génération du baby-boom, de la baisse de la fécondité et du report de la fondation d'un foyer, autant de facteurs qui font en sorte que les membres plus âgés de la famille auront besoin que l'on s'occupe d'eux alors que les enfants feront encore partie du ménage.

 Retourner à la page d'accueil
 Afficher toutes les nouvelles

Pour nous rejoindre :

Adresse générale : service@circum.com
Benoît Gauthier : gauthier@circum.com, @BGauthierCEEQ
Tél. : +1 819 775-2620, Téléc. : (plus de télécopieur; désolé)
238, chemin Fleming, Cantley (Québec) J8V 3B4